Les coups de coeur du moment

 

« L’interêt de l’enfant » Ian MacEwann : Une fois encore MacEwann déplie des personnalités de personnages riches et complexes, posant une question cruciale : où s’arrête et où commence l’intérêt de l’enfant ? Un récit écrit dans un style limpide qui nous embarque sans détours.

« La terre qui penche » de Carole Martinez : Laissez vous emporter par le monde si riche et dense de Carole Martinez. Vous voyagerez en plein Moyen Age, dans les forêts sombres et les rivières plus ou moins enchantées. Vous serez happé par ce récit une fois de plus à la lisière entre la réalité et le fantastique. A lire sans modération.

« Tu vas me manquer » de Danièle Pétrès : un recueil de nouvelles piquantes et extralucides sur notre difficulté à aimer, on rit, on pleure, on s’y retrouve assurément !

« Le piège à renard du Seigneur » de Jorn Riel : Cet écrivain danois nous embarque dans le grand nord canadien pour un récit burlesque et tendre empreint de culture eskimo. A lire pour voyager !

« Le paradis un peu plus loin » Mario Vargas Llosa Laissez vous surprendre par ces deux voix qui se répondent, celle de Paul Gauguin, au dernier tiers de sa vie, et de Flora Tristan, sa grand-mère, militante pour la cause des femmes. L’écriture est puissante et l’auteur, n’hésite pas à interpeller ses personnages par l’usage du « tu » savamment orchestré, à l’image des interpellations multiples et libertaires qu’ils adressent à la société de l’époque. C’est un livre sur les grandes utopies politiques et artistiques de l’époque moderne.

« Regarde la vague » François Emmanuel Regard délicat et sensible sur une famille qui se retrouve à l’occasion du remariage du fils ainé. Les voix de chacun se croisent, tissant la trame de l’histoire. Peu à peu les douleurs se révèlent, les espoirs aussi. C’est un roman porté par une écriture fine et subtile, comme le pinceau de l’aquarelliste.

« Dans la lumière des saisons » Charles Juliet Relu avec bonheur ce petit livre poétique en forme de lettres adressées à une amie lointaine. On retrouve le style de Charles Juliet tout en nuances, une parole simple, qui nous fait traverser les saisons. Un petit bijou à savourer… ;

« Les mains du miracle » Joseph Kessel A ne rater sous aucun prétexte, ce roman qui nous relate l’histoire incroyable de ce médecin, thérapeute, qui soigna, malgré lui Himmler pendant la guerre, et qui réussira, par sa finesse et son intelligence à permettre de sauver plusieurs milliers de juifs. Un roman comme une épopée, à ne rater sous aucun prétexte….

« le convoi de l’eau »  Akira Yoshimura, auteur japonais du 20ème, nous embarque dans une fable contemporaine, où l’on découvre peu à peu le secret d’un homme que rien ne prédestinait à travailler sur le chantier pharaonique d’un barrage perdu en pleine montagne. Captivant !

« la nature exposée » Quel bonheur de retrouver l’écriture d’Erri de Luca dans ce livre au sujet si original, qui à travers un temps de vie d’un homme contraint de fuir son environnement habituel se retrouve à restaurer une sculpture du Christ en croix. Magnifiques pages sur le travail de l’artisan, sur le questionnement de l’artiste et la place du sacré dans nos vies. A ne rater sous aucun prétexte !